Le point de vue d’un historien américain contemporain.
Vous êtes ici : Histoire contemporaine E. Seconde Guerre mondiale h. Bombes atomiques, causes et conséquences

Les bombes atomiques (Hiroshima, 6 août 1945 - Nagasaki, 9 août 1945).

Le point de vue d’un historien américain contemporain.

Christophe Clavel
mercredi 26 août 2015

JPEG - 13.9 ko
Un cénotaphe dans le parc de la paix d’Hiroshima. Une inscription sans sujet dit : « Reste en paix, pour… ne répète pas à nouveau l’erreur ». Cette construction qui est naturelle dans la langue japonaise était destinée à rendre un hommage aux victimes sans politiser et entrer dans la controverse.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardements_atomiques_d%27Hiroshima_et_Nagasaki

Pour Kai Bird, auteur, en 1992, d’un important ouvrage sur cette période, The Chairman : John McCloy (1), « cela ressemble à un formidable roman policier ; comment un petit groupe d’hommes a pris une telle décision et réussi à garder le secret pendant plus de trente ans ». Pendant trente ans, pour les Américains, la seule version d’Hiroshima, c’est que le recours à l’arme nucléaire était le seul moyen d’amener les Japonais à se rendre rapidement, d’éviter une invasion du Japon qui aurait coûté la vie à 1 million de combattants américains. Un certain nombre de documents officiels classés secrets, devenus accessibles dans les années 1960, puis la découverte des carnets du président Truman en 1978 ont permis de nuancer ces affirmations et, au moins, de jeter les bases d’un débat sur les motivations des dirigeants de l’époque. Le chiffre de 63’000 vies américaines épargnées, et non pas 1 million, a par exemple été avancé. « Maintenant, ajoute Kai Bird, l’histoire découvre que, en gros, on a menti. Si c’est vrai, alors c’est un crime. Mais nous, les Américains, nous ne nous imaginons pas avec une histoire sanguinaire. Nous avons une histoire glorieuse. Reconnaître que nous avons commis un tel crime serait anti-américain ».

S. Kaufmann, « Les Etats-Unis en guerre avec leur histoire », in Le Monde, 24 mars 1995, p.14.

1) John McCoy, vice-secrétaire à la Guerre de Roosevelt puis de Truman, favorable à l’utilisation de la bombe atomique, après avertissement, pour obtenir la reddition des Japonais.

Les rubriques

Clio Texte 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio Texte.

Hébergement Clio Texte par