A la Martinique en 1941, un télégramme secret de l’Inspecteur des Colonies à son Secrétariat d’État : « les 196 plus mauvais élèves ont été éliminés... »
Vous êtes ici : Histoire contemporaine E. Seconde Guerre mondiale b. Régime de Vichy, collaboration

A la Martinique en 1941, un télégramme secret de l’Inspecteur des Colonies à son Secrétariat d’État : « les 196 plus mauvais élèves ont été éliminés... »

Dominique Chathuant
dimanche 12 mars 2017

La société martiniquaise s’est toujours montrée sensible au rôle de l’Instruction publique comme moyen d’ascension sociale et façon d’échapper à la canne. Joseph Zobel dans son roman La Rue Case-Nègres (Présence africaine, 1950) racontait l’histoire d’une grand-mère sacrifiant sa santé pour que son petit-fils étudiât et devînt instituteur dans la Martinique des années 1930. Raphaël Confiant, expliquait dans une des premières pages de son roman le Nègre et l’amiral (Grasset 1988), censé se passer An Tan Wobé (au temps de l’amiral Robert / Sous Vichy pour les Martiniquais/ An Tan Sorin /Au temps du gouverneur Sorin pour les Guadeloupéens), ce que représentait l’accès au statut d’instituteur quand on sortait du milieu rural. L’éducation permettait d’échapper à la condition qui guettait la plupart des enfants pauvres : « couper la canne du blanc ». A l’instar des Américains sudistes blancs qui détestaient également l’idée de nègres instruits, l’idée répandue chez les usiniers et dans l’administration coloniale était que les écoles risquaient de former des déclassés et autres frustrés sociaux prompts à alimenter l’instabilité politique et l’agitation sociale. L’arrivée de la Révolution nationale fut donc perçue par certains comme l’occasion de faire preuve de pragmatisme en appliquant une politique nouvelle visant à décongestionner l’enseignement. Plusieurs rapports sur la population montrent qu’en Martinique comme en Guadeloupe, cette politique éducative fut vite perçue comme le moyen d’écarter les élèves noirs du système éducatif pour les cantonner à des tâches subalternes. Le document qui suit est un télégramme secret expédié par Émile Devouton, inspecteur des Colonies à son secrétariat d’État, à Vichy.

JPEG - 60.4 ko
Télégramme secret expédié de Fort-de-France par l’inspecteur Devouton au secrétariat aux Colonies à Vichy, ANOM, Direction des Affaires politiques, c. 2285, d. 2

Secrétariat d’État aux Colonies
SECRET
Arrivée au chiffre : 5/5/41
6.45
Sortie du chiffre : 6/5/41
17.10
Origine : Fort-de-France

Adresse : COLONIES VICHY

Moyen de transmission : RADIO

Mode de chiffrement : CONFIDENTIEL

TEXTE :

de Inspecteur chef mission – Suite à votre 107 R. 115 R.6 et 117 [1] approuvant télégramme 85 du Gouverneur BRESSOLLE – En liaison étroite avec mission inspection, gouverneur NICOL a réalisé réformes suivantes, enseignement primaire. Pendant vacances Pâques semaine pédagogique a groupé 201 maîtres sur 800, partie au camp école Colson dans un stage portant sur éducation générale sportive, travaux pratiques et jardinage, partie au stage de perfectionnement travaux manuels et ménagers de Fort-de-France – Stagiaires tous volontaires ont d’une manière générale compréhension et enthousiasme pour méthodes nouvelles / Semaine pédagogique a été précédée par conférence propagande sur événements militaires qui ont rendu inévitable armistice [2].
Sur Révolution Nationale – sur sens réformes réalisées à la Martinique – sur réformes enseignement primaire – Assistaient à ces conférences nombreux fonctionnaires du chef-lieu – Environ instituteurs et institutrices dont tous directeurs écoles et nombreux professeurs établissements secondaires. Pour décongestionner progressivement effectif scolaire cours complémentaires établissements primaires supérieures et secondaires, les 196 plus mauvais élèves ont été éliminés à la rentrée de Pâques. Nouvelles éliminations auront lieu à la rentrée d’octobre de façon à réserver à élite enseignement secondaire et enseignement primaire supérieur [3] et éviter à l’avenir formation nombre de classes sans emploi.
Nouveaux horaires enseignement primaire sont entrés en vigueur dès rentrée de Pâques. Dans horaires 12 heures par semaine, au lieu de 8 précédemment, sont désormais consacrés éducation générale pratique. Terrains de sport et de culture, travaux pratiques prêtés par particuliers, en voie d’aménagement dans chaque commune. Dons particuliers en faveur des cantines scolaires s’élèvent actuellement à 500.000 francs environ. 2.270 enfants y prennent actuellement repas de midi. Pour permettre augmentation nombre enfants bénéficiaires cantines scolaires et donner permanence à ces œuvres bien accueillies par population, reconnaissant [4] hâter approbation taxes établies par arrêté du Gouverneur du 11 avril 1941 dont texte transmis par télégramme 443 du 12 avril.-

2130/5/5

DEVOUTON


Télégramme Devouton, Fort-de-France à Colonies, Vichy, 5 mai 1941, Archives nationales Outre-Mers (Aix-en-Provence), Direction des Affaires politiques, c. 2285, d. 2.

[1Référence des télégrammes auxquels on répond.

[2Aveu qu’il encore nécessaire de convaincre de la nécessité de l’armistice des populations informées dès juin 1940 de l’appel du général de Gaulle.

[3L’enseignement secondaire, prisé des classes moyennes et des élites, comportait le collège, ou « petit lycée », dont les cours préparaient au lycée et au baccalauréat. L’enseignement primaire supérieur, plus technique et moins porté sur les humanités classiques, offrait aux enfants qu’on ne destinait pas au lycée, une possibilité de continuer de s’instruire quelques années après le certificat d’étude. Il pouvait déboucher sur le métier d’instituteur ou de professeur du primaire supérieur.

[4Je vous serais reconnaissant de...

Les rubriques

Clio Texte 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio Texte.

Hébergement Clio Texte par