Cinquième République (depuis 1958)

La rhétorique de dénonciation du « politiquement correct » en 1972 et 1989

Le fait de rattacher à la rhétorique du « politiquement correct », des textes où cette expression n’est pas employée, relève d’un choix assumé et fondé. Le fait est que toute revendication égalitaire et tout comportement interrogeant des représentations inégalitaires (aujourd’hui le fait que des femmes osent jouer au football au point de disputer une coupe du monde) récolte son lot de dénonciations, au nom du bon sens, du ridicule ou – de façon plus systématique aujourd’hui – du « politiquement correct ». S’il faut savoir à qui profite cette rhétorique, il est patent qu’elle est avant tout contre ce qui peut heurter des représentations inégalitaires ou différentialistes. Edmund Burke dénonçait naguère l’idée qu’on pût commettre une injustice pour en supprimer une autre. Le pourfendeur du politiquement correct est beaucoup moins subtil que Burke. Il fait appel au bon sens populaire et confère à l’objet de sa critique une importance plus grande que l’inégalité passée ou présente qu’il souligne. Il se met ainsi au service du statu quo inégalitaire.

Lire ...
Loading