« Paris se bat aujourd’hui pour que la France puisse parler demain. Le peuple est en armes ce soir parce qu’il espère une justice pour demain. Quelques-uns vont disant que ce n’est pas la peine et qu’avec de la patience Paris sera délivré à peu de frais. Mais c’est qu’ils sentent confusément combien de choses sont menacées par cette insurrection, qui resteraient debout si tout se passait autrement. Il faut, au contraire, que cela devienne bien clair : personne ne peut penser qu’une liberté, conquise dans ces convulsions, aura le visage tranquille et domestiqué que certains se plaisent à lui rêver. Ce terrible enfantement est celui d’une révolution. On ne peut pas espérer que des hommes qui ont lutté quatre ans dans le silence et des jours entiers dans le fracas du ciel et des fusils consentent à voir revenir les forces de la démission et de l’injustice sous quelque forme que ce soit. On ne peut pas s’attendre, eux qui sont les meilleurs, qu’ils acceptent à nouveau de faire ce qu’ont fait pendant vingt-cinq ans les meilleurs et les purs, et qui consistait à aimer en silence leur pays et à mépriser en silence ses chefs. Le Paris qui se bat ce soir veut commander demain. Non pour le pouvoir, mais pour la justice, non pour la politique, mais pour la morale, non pour la domination de son pays, mais pour sa grandeur. »

A. Camus, Combat, 24 août 1944.