Le texte proposé ci-dessous est extrait du livre “Histoire d’un allemand- souvenirs 1914-1933” écrit par Sebastian Haffner en 1939, alors qu’il vivait en exil en Angleterre. Retrouvé dans les papiers de l’auteur par ses enfants après sa mort en 1999, le manuscrit a été édité à titre posthume en Allemagne en 2000 et y a connu un immense succès de librairie. La version française a éte publiée en 2002 par les éditions Actes Sud. Né à Berlin en 1907, Sebastian Haffner est issu du milieu de la bourgeoise prussienne cultivée et  attachée au service de l’État. Sans véritable engagement politique, S. Haffner est en revanche un anti-nazi convaincu. Il considère le nazisme comme une catastrophe pour son pays et le produit d’une sorte de « folie collective ». Dans ce texte issu du prologue, il exprime son rejet absolu de l’ agression permanente et multiforme par l’État nazi à ce qu’il considère comme un droit fondamental de l’individu : être et faire ce que l’on veut dans sa vie privée. Cette violation constante du for intérieur et de la vie privée par l’État n’est pas  la moindre caractéristique des régimes totalitaires…


Je vais conter l’histoire d’un duel.

C’est un duel entre deux adversaires très inégaux : un État extrêmement puissant, fort, impitoyable, – et un petit individu anonyme et inconnu. Ils ne s’affrontent pas sur ce terrain qu’on considère communément comme le terrain politique ; l’individu n’est en aucune façon un politicien, encore bien moins un conjuré, un “ennemi de l’État”. Il reste tout le temps sur la défensive. Il ne veut qu’une chose ; préserver ce qu’il considère, à tort ou à raison, comme sa propre personnalité, sa vie privée, son honneur. Tout cela, l’État dans lequel il vit et auquel il a affaire, l’attaque sans arrêt avec des moyens certes rudimentaires, mais parfaitement brutaux.

En usant des pires menaces, cet État exige de l’individu qu’il renonce à ses amis, abandonne ses amies, abjure ses convictions, adopte des opinions imposées et une façon de saluer dont il n’a pas l’habitude, cesse de boire et de manger ce qu’il aime, emploie ses loisirs à des activités qu’il exècre, risque sa vie pour des aventures qui le rebutent, renie son passé et sa personnalité, et tout cela sans cesser de manifester un enthousiasme reconnaissant.

[…]

l’État, c’est le Reich allemand ; l’individu, c’est moi. Notre joute, comme tout match, peut être intéressante à regarder – et j’espère bien qu’elle le sera ! Mais je ne la relate pas seulement pour distraire. Mon récit a un autre but, qui me tient encore plus à cœur.

Mes démêlés avec le Troisième reich ne représentent pas un cas isolé. Ces duels dans lesquels un individu cherche à défendre son individualité contre les agressions d’un État tout-puissant, voilà six ans qu’on en livre en Allemagne, par milliers, par centaines de milliers, chacun dans un isolement absolu, tous à huis clos. Certains des duellistes, plus doués que moi pour l’héroïsme ou le martyre, sont allés plus loin : jusqu’au camp de concentration, jusqu’à la torture, jusqu’à voir le droit de figurer un jour sur un monument commémoratif. D’autres ont succombé bien plus tôt : aujourd’hui, ils récriminent sous cape dans la réserve de la SA ou sont chefs d’ilôt dans la NSV. Mon cas se situe sans doute entre les deux. Il permet fort bien d’évaluer ce qu’est aujourd’hui la situation de l’homme en Allemagne.

On verra qu’elle est à peu près désespérée. (…)

Histoire d’un allemand-Souvenirs 1914-1933, Sebastan Haffner, Ed. Actes Sud, 2002,