Premier communiqué de la Junte militaire radiodiffusé le 11 septembre 73 à 8H 40.

En prenant en considération : 1. la crise sociale et morale gravissime que traverse le pays; 2. l’incapacité du gouvernement à contrôler le chaos; 3. le développement constant des groupes paramilitaires entraînés par les partis de l’Unité populaire qui conduiront le peuple du Chili à une guerre civile inévitable, les forces arméees et les Carabiniers décident:

  1. Le président de la République doit procéder à la remise immédiate de sa charge aux forces armées et aux Carabiniers du Chili.

  2. Les forces armées et les Carabiniers sont unis pour initier la mission historique et responsable de lutter pour la libération de la Patrie et éviter que notre pays ne tombe sous le joug marxiste; et pour la restauration de l’ordre et des institutions.

  3. Les travailleurs du Chili peuvent être assurés que les conquêtes économiques et sociales qu’ils ont obtenues jusqu’à cette date ne souffriront aucune modification fondamentale;

  4. La presse, les radios émettrices et canaux de télévision acquis à l’Unité Populaire doivent suspendre leurs activités d’information à partir de cet instant. Dans le cas contraire, ils subiront un châtiment aérien et terrestre;

  5. La population de Santiago doit demeurer à la maison afin d’éviter des victimes innocentes.

Signé : Augusto Pinochet Ugarte, commandant en chef de L’armée; José Toribio Merino, commandant en chef de la Marine nationale; Gustavo Leigh, commandant en chef des forces aériennes du Chili et; César Mendoza Durán, directeur général des Carabiniers.

Junte militaire de gouvernement; Santiago, 11 septembre 1973.


Commentaires:

Ce texte est la traduction du premier communiqué (el primer bando) de la junte militaire chilienne destiné à la population chilienne, dans les premières heures du coup d’état. Il a été diffusé sur les ondes des radios dont les militaires avaient pris le contrôle dans les premières heures de la  matinée du 11 septembre 1973, avant la mort du président Allende. On peut raisonnablement  penser qu’il a été rédigé avant ou au moment même où les forces armées chiliennes se mettaient en marche pour renverser le gouvernement légal.

On peut faire une double lecture de ce document :

  • une lecture historique, par les faits et le contexte  auxquels il fait allusion, ainsi que sur l’instauration de la dictature  qui se met en place, à partir du 11 septembre 1973.
  • Un « discours » d’auto-légitimation de la violence du  coup d’état et du régime militaire qui s’en suit,  par leurs auteurs.