Margaret Higgins Sanger [] est née dans une famille ouvrière irlandaise qui a migré aux États-Unis. Sixième enfant d’une famille qui en compta onze (sa mère tomba enceinte 18 fois), elle devient infirmière et sage-femme dans les quartiers les plus pauvres de New York. À ce titre, elle est régulièrement confrontée au problème des  fausses couches et aux avortements clandestins, illégaux. À cette époque, la loi Comstock votée en 1873, prohibe non seulement l’avortement mais également la contraception et l’information anticonceptionnelle. Pourtant, Margaret Sanger ne milite pas pour le droit à l’avortement. En effet, influencée par les théories néo-malthusiennes, pour elle la solution passe avant tout par la prévention et la contraception. Dans les années 1950, elle soutient activement le développement de la première pilule contraceptive. 

Margaret Sander s’engage activement en donnant des cours sur l’hygiène féminine et rédige entre 1911 et 1913 pour le quotidien socialiste New-York Call deux séries d’articles intitulés : « Ce que chaque mère devrait savoir » et « Ce que chaque fille devrait savoir », articles ensuite rassemblés en un ouvrage unique. En 1914, elle édite le journal The Woman Rebel  où elle affirme notamment que : « Le corps d’une femme n’appartient qu’à elle seule », idée révolutionnaire dans une Amérique encore très puritaine tandis que le mouvement féministe américain est avant tout concentré sur la question du droit de vote des femmes.

En 1916, Margaret Sanger ouvre à Brooklyn le premier Planning familial ou, en toute illégalité, elle délivre aux femmes qui le souhaitent des pessaires ou diaphragmes qu’elle a découverts lors d’un voyage aux Pays-Bas. Le centre ne reste ouvert que quelques jours avant que la police ne débarque et ne fasse fermer la clinique. Margaret Sanger est envoyée quelques temps en prison.  En 1918, elle est inculpée par un tribunal new-yorkais pour avoir distribué des informations sur la contraception. En appel, sa condamnation est annulée sur la base que les contraceptifs peuvent être promus légalement pour prévenir les maladies.


C’est dans ce contexte qu’elle tient une conférence le 18 novembre 1921 au Park Theatre de New York au cours de laquelle elle prononce ce discours :

La réunion de ce soir est un report de celle qui devait avoir lieu à la mairie dimanche soir dernier.  Ce devait être le point culminant d’une conférence de trois jours, dont deux se sont tenues à l’hôtel Plaza, pour discuter du sujet du contrôle des naissances dans ses aspects divers et multiples.

La seule question sur laquelle il semble y avoir le plus d’incertitude et de désaccord existe dans le côté moral du sujet du contrôle des naissances. Il nous paraissait naturel de convoquer scientifiques, éducateurs, membres du corps médical et théologiens de toutes confessions pour leur demander leur avis sur cette phase incertaine et importante de la controverse. Des lettres ont été envoyées aux hommes et aux femmes les plus éminents du monde. Nous avons posé dans cette lettre, les questions suivantes : 

1. La surpopulation est-elle une menace pour la paix du monde ?  

2. La diffusion légale d’informations scientifiques sur le contrôle des naissances par l’intermédiaire de cliniques par la profession médicale serait-elle la méthode la plus logique pour contrôler le problème de la surpopulation ?

3. La connaissance du contrôle des naissances changerait-elle l’attitude morale des hommes et des femmes envers le lien du mariage ou abaisserait-elle les normes morales de la jeunesse du pays ?

4. Croyez-vous que la connaissance qui permet aux parents de limiter les familles fera le bonheur humain et élèvera les normes morales, sociales et intellectuelles de la population ?

Nous avons envoyé une telle lettre non seulement à ceux qui, selon nous, pourraient être d’accord avec nous, mais nous l’avons également envoyée à nos adversaires connus. La plupart de ces personnes ont répondu. Tous ceux qui ont répondu l’ont fait avec sincérité et courtoisie, à l’exception d’un groupe dont la réponse à cette question importante, telle qu’elle a été démontrée à l’hôtel de ville dimanche soir dernier, a été une honte pour les gens épris de liberté et pour toutes les traditions qui nous sont chères dans le États-Unis.  Je croyais que la discussion de la question morale n’appartenait pas seulement aux théologiens et aux scientifiques, mais appartenait au peuple. Et parce que je croyais que les gens de ce pays pouvaient et pouvaient discuter de ce sujet avec dignité et intelligence, j’ai voulu les réunir et en discuter ouvertement.

Quand on parle de morale, on se réfère à la conduite humaine. Cela implique des actions de toutes sortes, qui à leur tour dépendent de l’esprit et du cerveau.  De sorte qu’en parlant de morale, il faut se rappeler qu’il existe un lien direct entre la moralité et le développement du cerveau. On dit que la conduite est une action dans la poursuite de fins, et s’il en est ainsi, alors nous devons considérer que l’irresponsabilité et l’imprudence dans notre action sont immorales, tandis que la responsabilité et la prévoyance mises en action pour le bénéfice de l’individu et de la race deviennent dans le sens le plus élevé la plus belle forme de moralité.

Nous savons que toutes les avancées que la femme a faites au cours du dernier demi-siècle ont été faites avec opposition, toutes fondées sur des motifs d’immoralité. Lorsque les femmes se battaient pour l’enseignement supérieur, on disait que cela la rendrait immorale et qu’elle perdrait sa place dans le caractère sacré du foyer. Lorsque les femmes ont demandé le droit de vote, on a dit que cela abaisserait son niveau de moralité, qu’il n’était pas convenable qu’elle rencontre et se mêle aux membres du sexe opposé, mais nous remarquons qu’il n’y avait aucune objection à ce qu’elle rencontre les mêmes membres du sexe opposé quand elle allait à l’église.

L’église s’est toujours opposée au progrès de la femme au motif que sa liberté conduirait à l’immoralité. Nous demandons à l’église d’avoir plus confiance dans les femmes.  Nous demandons aux opposants à ce mouvement de renverser les méthodes de l’église, qui vise à garder les femmes morales en les maintenant dans la peur et dans l’ignorance, et de leur inculquer une morale plus haute et plus vraie basée sur la connaissance. Et la nôtre est la morale de la connaissance.  Si nous ne pouvons pas confier à la femme la connaissance de son propre corps, alors je prétends que deux mille ans d’enseignement chrétien se sont avérés être un échec.

Nous sommes sur le principe que le contrôle des naissances devrait être disponible pour chaque homme et femme adulte. Nous croyons que chaque homme et chaque femme adulte devrait apprendre la responsabilité et le bon usage des connaissances.   Nous revendiquons que la femme devrait avoir le droit sur son propre corps et de dire si elle doit ou si elle ne doit pas être mère, comme elle l’entend.  Nous affirmons en outre que le premier droit d’un enfant est d’être désiré.  Tandis que le deuxième droit est qu’il doit être conçu dans l’amour, et le troisième, qu’il doit avoir un héritage de bonne santé.

Sur ces principes, le mouvement de contrôle des naissances en Amérique se tient. Quand il s’agit de discuter des méthodes de contraception, c’est beaucoup plus difficile.  Il y a des lois dans ce pays qui interdisent de donner des informations pratiques aux mères de la terre. Nous affirmons que chaque mère dans ce pays, qu’elle soit malade ou en bonne santé, a droit à l’information la meilleure, la plus sûre et la plus scientifique. Ces informations devraient être diffusées directement aux mères par le biais des cliniques par des membres du corps médical, des infirmières autorisées et des sages-femmes autorisées.

Notre première étape est d’avoir le soutien de la profession médicale afin que nos lois soient modifiées, afin que la maternité soit la fonction de la dignité et du choix, plutôt que celle de l’ignorance et du hasard.  Le contrôle conscient de la progéniture devient maintenant l’idéal et la coutume dans tous les pays civilisés. Ceux qui s’y opposent prétendent que, si désirable qu’elle soit pour des raisons économiques ou sociales, elle peut être abusée et la moralité de la jeunesse du pays peut être abaissée.   Il convient de rappeler à ces personnes qu’il y a deux points à considérer. Premièrement, qu’un tel contrôle est le progrès inévitable de la civilisation. Toute civilisation implique une prévoyance croissante pour les autres, même pour ceux qui ne sont pas encore nés. L’abandon inconsidéré de l’impulsion du moment et la considération insouciante des conséquences ne sont pas de la moralité.  La satisfaction égoïste d’un désir temporaire au détriment de la souffrance des vies à venir peut sembler très belle à certains, mais ce n’est pas notre conception de la civilisation, ou est-ce notre concept de la moralité.

En second lieu, il est non seulement inévitable, mais il est juste de contrôler la taille de la famille car par ce contrôle et cet ajustement nous pouvons élever le niveau et les normes de la race humaine.   Alors que la façon dont la nature réduit son nombre est contrôlée par la maladie, la famine et la guerre, l’homme primitif a obtenu les mêmes résultats par l’infanticide, l’exposition des nourrissons, l’abandon des enfants et l’avortement.  Mais de telles manières de contrôler la population ne nous sont plus possibles.  Nous avons atteint un niveau de vie élevé et, conformément à la science, nous devons mener un tel contrôle.  Il faut commencer plus loin et contrôler les débuts de la vie. Nous devons contrôler la conception. C’est une meilleure méthode, c’est une méthode plus civilisée, car elle implique non seulement une plus grande prévoyance pour les autres, mais enfin une sanction plus élevée pour la valeur de la vie elle-même.

La société est divisée en trois groupes. Ces membres intelligents et riches des classes supérieures qui ont acquis des connaissances sur le contrôle des naissances et l’exercent dans la régulation de la taille de leurs familles.   Ils ont déjà bénéficié de ces connaissances et sont aujourd’hui considérés comme les membres les plus respectables et moraux de la communauté.  Ils n’ont que des enfants quand ils le désirent, et toute la société les désigne comme des types qui devraient perpétuer leur espèce.

Le deuxième groupe est tout aussi intelligent et responsable. Ils désirent contrôler la taille de leur famille, mais sont incapables d’acquérir des connaissances ou de mettre en pratique ces connaissances disponibles.

Les troisièmes sont ces irresponsables et téméraires qui se soucient peu des conséquences de leurs actes, ou dont les scrupules religieux les empêchent d’exercer un contrôle sur leur nombre. Beaucoup de ce groupe sont malades, faibles d’esprit et appartiennent à l’élément pauvre dépendant entièrement des membres normaux et aptes de la société pour leur soutien. Il n’y a aucun doute dans l’esprit de toutes les personnes qui pensent que la procréation de ce groupe devrait être arrêtée.  Car s’ils ne sont pas capables de subvenir à leurs besoins et de prendre soin d’eux-mêmes, ils ne devraient certainement pas être autorisés à mettre au monde une progéniture pour que d’autres s’en occupent. Nous ne croyons pas que remplir la terre de misère, de pauvreté et de maladie soit moral.  Et c’est notre désir et notre intention de poursuivre notre croisade jusqu’à ce que la perpétuation de telles conditions ait cessé.

Nous désirons arrêter à sa source la maladie, la pauvreté, la faiblesse d’esprit et la folie qui existent aujourd’hui, car elles abaissent les normes de civilisation et entraînent la détérioration de la race.   Nous savons que les masses de gens deviennent plus sages et utilisent leur propre esprit pour décider de leur conduite individuelle. Plus nous aurons de gens de ce genre, moins il y aura d’immoralité. Car plus les gens responsables grandissent, plus ils s’élèvent et atteindront la véritable moralité.

Version originale du texte en anglais :

The meeting tonight is a postponement of one which was to have taken place at the Town Hall last Sunday evening. It was to be a culmination of a three day conference, two of which were held at the Hotel Plaza, in discussing the Birth Control subject in its various and manifold aspects.

The one issue upon which there seems to be most uncertainty and disagreement exists in the moral side of the subject of Birth Control.It seemed only natural for us to call together scientists, educators, members of the medical profession and the theologians of all denominations to ask their opinion upon this uncertain and important phase of the controversy. Letters were sent to the most eminent men and women in the world. We asked in this letter, the following questions: 

1. Is over-population a menace to the peace of the world?

2. Would the legal dissemination of scientific Birth Control information through the medium of clinics by the medical profession be the most logical method of checking the problem of over-population?

3. Would knowledge of Birth Control change the moral attitude of men and women toward the marriage bond or lower the moral standards of the youth of the country ?

4. Do you believe that knowledge which enables parents to limit the families will make for human happiness, and raise the moral, social and intellectual standards of population ?

We sent such a letter not only to those who, we thought, might agree with us, but we sent it also to our known opponents.Most of these people answered.Every one who answered did so with sincerity and courtesy, with the exception of one group whose reply to this important question as demonstrated at the Town Hall last Sunday evening was a disgrace to liberty-loving people, and to all traditions we hold dear in the United States.I believed that the discussion of the moral issue was one which did not solely belong to theologians and to scientists, but belonged to the people.And because I believed that the people of this country may and can discuss this subject with dignity and with intelligence I desired to bring them together, and to discuss it in the open.

When one speaks of moral, one refers to human conduct.This implies action of many kinds, which in turn depends upon the mind and the brain.So that in speaking ofmorals one must remember that there is a direct connection between morality and brain development.Conduct is said to be action in pursuit of ends, and if this is so, then we must hold the irresponsibility and recklessness in our action is immoral, while responsibility and forethought put into action for the benefit of the individual and the race becomes in the highest sense the finest kind of morality.

We know that every advance that woman has made in the last half century has been made with opposition, all of which has been based upon the grounds of immorality.When women fought for higher education, it was said that this would cause her to become immoral and she would lose her place in the sanctity of the home.When women asked for the franchise it was said that this would lower her standard of morals, that it was not fit that she should meet with and mix with the members of the opposite sex, but we notice that there was no objection to her meeting with the same members of the opposite sex when she went to church.

The church has ever opposed the progress of woman on the ground that her freedom would lead to immorality.We ask the church to have more confidence in women.We ask the opponents of this movement to reverse the methods of the church, which aims to keep women moral by keeping them in fear and in ignorance, and to inculcate into them a higher and truer morality based upon knowledge.And ours is the morality of knowledge.If we cannot trust woman with the knowledge of her own body, then I claim that two thousand years of Christian teaching has proved to be a failure.

We stand on the principle that Birth Control should be available to every adult man and woman.We believe that every adult man and woman should be taught the responsibility and the right use of knowledge.We claim that woman should have the right over her own body and to say if she shall or if she shall not be a mother, as she sees fit.We further claim that the first right of a child is to be desired.While the second right is that it should be conceived in love, and the third, that it should have a heritage of sound health.

Upon these principles the Birth Control movement in America stands. When it comes to discussing the methods of Birth Control, that is far more difficult.There are laws in this country which forbid the imparting of practical information to the mothers of the land.We claim that every mother in this country, either sick or well, has the right to the best, the safest, the most scientific information.This information should be disseminated directly to the mothers through clinics by members of the medical profession, registered nurses and registered midwives.

Our first step is to have the backing of the medical profession so that our laws may be changed, so that motherhood may be the function of dignity and choice, rather than one of ignorance and chance.Conscious control of offspring is now becoming the ideal and the custom in all civilized countries. Those who oppose it claim that however desirable it may be on economic or social grounds, it may be abused and the morals of the youth of the country may be lowered.Such people should be reminded that there are two points to be considered.First, that such control is the inevitable advance in civilization.Every civilization involves an increasing forethought for others, even for those yet unborn.The reckless abandonment of the impulse of the moment and the careless regard for the consequences, is not morality.The selfish gratification of temporary desire at the expense of suffering to lives that will come may seem very beautiful to some, but it is not our conception of civilization, or is it our concept of morality.

In the second place, it is not only inevitable, but it is right to control the size of the family for by this control and adjustment we can raise the level and the standards of the human race.While Nature’s way of reducing her numbers is controlled by disease, famine and war, primitive man has achieved the same results by infanticide, exposure of infants, the abandonment of children, and by abortion.But such ways of controlling population is no longer possible for us.We have attained high standards of life, and along the lines of science must we conduct such control.We must begin farther back and control the beginnings of life.We must control conception.This is a better method, it is a more civilized method, for it involves not only greater forethought for others, but finally a higher sanction for the value of life itself.

Society is divided into three groups.Those intelligent and wealthy members of the upper classes who have obtained knowledge of Birth Control and exercise it in regulating the size of their families.They have already benefited by this knowledge, and are today considered the most respectable and moral members of the community.They have only children when they desire, and all society points to them as types that should perpetuate their kind.

The second group is equally intelligent and responsible.They desire to control the size of their families, but are unable to obtain knowledge or to put such available knowledge into practice.

The third are those irresponsible and reckless ones having little regard for the consequence of their acts, or whose religious scruples prevent their exercising control over their numbers.Many of this group are diseased, feeble-minded, and are of the pauper element dependent entirely upon the normal and fit members of society for their support.There is no doubt in the minds of all thinking people that the procreation of this group should be stopped.For if they are not able to support and care for themselves, they should certainly not be allowed to bring offspring into this world for others to look after. We do not believe that filling the earth with misery, poverty and disease is moral.And it is our desire and intention to carry on our crusade until the perpetuation of such conditions has ceased.

We desire to stop at its source the disease, poverty and feeble-mindedness and insanity which exist today, for these lower the standards of civilization and make for race deterioration.We know that the masses of people are growing wiser and are using their own minds to decide their individual conduct.The more people of this kind we have, the less immorality shall exist.For the more responsible people grow, the higher do they and shall they attain real morality.

Margaret Sanger The Morality of Birth Control, 18 novembre 1921

Pour aller plus loin :

-Angeline Durand-Vallot Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissance, 2013, ENS Éditions, 200 pages, coll. Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon

-Peter Bagge Femme rebelle, l’histoire de Margaret Sanger, 2013, Nada Éditions, 120 pages (bande dessinée)