La Butte rouge

paroles : Montéhus, musique : Georges Krier La butte Rouge, c’est la butte de Bapaume, en Champagne, qui fut le lieu de combats acharnés.

« Sur c’te butt’là y’avait pas d’gigolettes
Pas de marlous ni de gros muscadins.
Ah ! C’était loin du Moulin d’la Galette,
Et de Panam’ qu’est le roi des pat’lins.
C’qu’elle en a bu du beau sang cette terre,
Sang d’ouvriers et sang de paysans,
Car les bandits qui sont cause des guerres
N’en meurent jamais, on n’tue qu’les innocents !

Refrain

La Butt’ Rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin
Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin.
Aujourd’hui y’a des vignes, il y pouss’ du raisin.
Qui boira ce vin là, boira l’sang des copains.

Sur c’te butt’là on n’y f’sait pas la noce
Comme à Montmartr’ où l’champagne coul’à flots;
Mais les pauvr’s gars qu’avaient laissé des gosses
Y f’saient entendre de terribles sanglots !
C’qu’elle en a bu des larmes cette terre,
Larm’s d’ouvriers, larmes de paysans,
Car les bandits qui sont cause des guerres
Ne pleurent jamais, car ce sont des tyrans !

Refrain

Qui boit de ce vin-là boit les larmes des copains.

Sur c’te butt’là, on y r’fait des vendanges,
On y entend des cris et des chansons;
Filles et gars doucement y échangent
Des mots d’amour qui donnent le frisson.
Peuvent-ils songer, dans leurs folles ‘treintes,
Qu’à cet endroit où s’échangent leurs baisers,
J’ai entendu la nuit monter des plaintes
Et j’y ai vu des gars au crâne brisé !

refrain

…….

Mais moi j’y vois des croix portant l’nom des copains ! »

extraits de « Chansons de lutte, recueil rouge – 2 », (sans lieu, ni date)