Dans les années 1960, la montée du racisme arabophobe (anti-Algériens ou « anti-Nord-Africains ») produit une série de tracts anonymes. Toujours structurés de la même façon, ces textes reprennent les mêmes stéréotypes, faisant de l’Algérien un violeur qui vient prendre les Françaises (censées appartenir aux Français) et un profiteur. Ces logorrhées sont présentées comme des échanges épistolaires entre un Algérien immigré en France et un parent resté au bled ou comme des tracts prétendument signés d’une « amicale des Algériens en Europe ». On signale ainsi un de ces documents, sous forme de fausse lettre, circulant parmi les agents d’une administration du ministère des Finances, à Châlons-sur-Marne au tournant des années 1970-1980. Un autre, prétendument signé d’une « Amicale des Algériens en Europe », est mentionné en 1973 par le préfet de l’Aveyron qui, d’après l’historienne Michelle Zancarini Fournel1, semble prendre l’affaire pour argent comptant. Le Monde démontre que le tract circule en réalité depuis 1966, ce qui n’empêche pas les journalistes de lAurore, en 1971, ou du Démocrate vernonnais, en 1973, de s’y laisser prendre, au point que le conseil municipal de la petite commune euroise de Vernon se réunisse en urgence pour réagir à la provocation qu’il croit imputable à la prétendue amicale. Dans le cas de Vernon, on met en évidence le rôle de diffuseur de fausse nouvelle joué par les représentants locaux d’une jeune formation d’extrême-droite conduite depuis peu par un ancien collaborateur de Tixier-Vignancour…

DC


Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.