La conception de l’au-delà dans le judaïsme alexandrin

Une reconstitution du temple de Salomon des indications bibliques qui ne correspondent pas forcément aux réalités archéologiques
Une reconstitution du temple de Salomon des indications bibliques qui ne correspondent pas forcément aux réalités archéologiques

Document 1

« Et quand s’établira le compte de leurs péchés, ils viendront pleins d’effroi ; et leurs forfaits les accuseront en face. (…)
Oui, l’espoir de l’impie est comme la balle emportée par le vent,
comme l’écume légère chassée par la tempête ;
il se dissipe comme fumée au vent,
il passe comme le souvenir de l’hôte d’un jour.
Mais les justes vivent à jamais,
leur récompense est auprès du seigneur,
et le Très-Haut a souci d’eux.
Aussi recevront-ils la couronne royale magnifique
et le diadème de beauté, de la main du Seigneur ;
car de sa droite il les protégera,
et de son bras, comme d’un bouclier, il les couvrira. »

Le Livre de la Sagesse, IV, 20 et V, 14-16, entre 50 et 30 av. J.-C.

La conception de l’au-delà en Mésopotamie
La conception de l’au-delà en Égypte