Henri de Kérillis, un républicain national, profite d’un récit de voyage pour railler la « manie de l’égalisation » contre ceux qui auraient l’idée d’aligner toutes les colonies d’Afrique sur le régime de citoyenneté des vieilles colonies (Guadeloupe, Guyane, Martinique, La Réunion) hérité de la Seconde République (1848).


«Nos pères de 1848 nous ont légué l’héritage de l’assimilation et du citoyennat indigène. Réjouissons nous que l’étendue restreinte de nos colonies d’alors […] ait limité une expérience dont la tranquillité de ces colonies […] se ressent encore […] (le) Libéria […], Haïti et […] Saint-Domingue, les histoires sanglantes du général SoulouqueDictateur haïtien du XIXe siècle qui massacra des blancs. […] ont montré […] la faillite définitive du système. Les institutions modernes appliquées brutalement en pays noir, sont d’un effet aussi ridicule que les accoutrements européens et les chapeaux haut de forme sur les pauvres sauvages de l’intérieur […] Des siècles d’apprivoisement sont nécessaires avant d’assimiler»

Henri de Kérillis, De l’Algérie au Dahomey en automobile, Paris, Plon, 1925, p. 150-151 cité par Dominique Chathuant, « Gratien Candace, ascension et déclin d’un candidat officiel (1910-1946) », in Jalabert (L.), Joly (B.), Weber (J.), (dir), Les élections législatives et sénatoriales outre-mer (1848-1981), Actes du colloque de l’université de Nantes, CRHIA, Les Indes savantes, 2010, p. 115.


  • 1. Expliquer l’expression «l’étendue restreinte de nos colonies d’alors».
  • 2. Que suppose l’auteur sur tout État qui serait dirigé par un président noir ? A quelle condition accepte-t-il le principe d’assimilation ?
  • 3. Comment qualifier ce type de raisonnement ?
  • 4. Le principe inégalitaire est-il du côté de l’assimilation civique de l’indigène ?
  • 5. Dans quelle bande dessinée belge des années 1930 ridiculise-t-on «les accoutrements européens et les chapeaux haut de forme sur les pauvres sauvages de l’intérieur»?