2 articles
L’ article intéressant suivant distingue les deux logiques en place par rapport à la crise irakienne : le recours à la force prévalant depuis des millénaires et la logique onusienne du consensus imaginée au cours du XXème siècle. La qualité de son auteur (un ancien cadre de la CIA) ajoute quelque peu d’intérêt à ce propos. J’ai travaillé cet article avec mes élèves de terminale et, même si l’auteur prend position, je leur ai demandé de se positionner personnellement par rapport à cette problématique.
(Eric Lauwers)

Manifestation devant les « houses of parliament » à Londres contre la Guerre en Irak ->

« Vieille Europe » ou vieille Amérique ?

par Graham E. Fuller *

La récente remarque acerbe, dictée par la frustration, du secrétaire à la défense des États-Unis, Donald Rumsfeld, clamait que seule la « vieille Europe » forme une opposition européenne significative au projet américain d’attaquer l’Irak. Rumsfeld visait évidemment nos alliés d’antan, la France et l’Allemagne, et la critique fit mouche, provoquant une vive réaction des deux pays.

Mais quoi que nous pensions de la prudence (ou de la timidité) française et allemande dans cette opposition à une course à la guerre en Irak, la question intéressante est : Rumsfeld a-t-il raison ? Qui, en l’occurrence, représente vraiment la « vieille façon de penser » ? La thèse avançant que c’est en réalité l’Amérique qui représente les « vieilles valeurs », et non la France et l’Allemagne, pourrait bien être mieux fondée.

Vieux et nouveau ne recouvrent pas automatiquement les notions de bon et mauvais. Mais nous ferions bien de réfléchir à cette formulation, car elle en dit long sur l’évolution du monde dans le futur.

En réalité, il pourrait bien être plus facile de plaider que la France et l’Allemagne représentent véritablement la « nouvelle Europe », voire le monde à venir. Qu’on y réfléchisse un instant. Ces deux puissances européennes ont tourné la page sur cinq siècles de guerres, deux guerres mondiales dévastatrices, afin de former une nouvelle union, avec une monnaie commune et le désir partagé de forger une large politique commune. Franchir un tel pas représente une révolution pour de très vieux États-nations rivaux, dotés de cultures fort différentes.

Mais les choses ne s’arrêtent pas là. Cette Union européenne est une expérience remarquable &endash; la première fois dans l’histoire que des États auront volontairement abandonné de vrais pans de leur propre souveraineté nationale pour participer à un nouveau projet de civilisation. Turcs, Bulgares et Lettons sont en train de supplier pour avoir le droit de régler le coûteux ticket d’entrée qui permettra leur adhésion. Les préalables actuellement requis sont que les États membres doivent être authentiquement démocratiques, qu’ils doivent protéger les droits de l’homme et les libertés civiles, et qu’un recours à la guerre entre membres de l’Union est exclu. Ces États se voient comme une communauté en expansion progressive, gagnant de nouveaux membres et se développant géographiquement &endash; mais uniquement après qu’ont été réunis des critères très stricts. Ils aspirent à constituer une nouvelle force dans le monde, et sont en vérité en train d’y parvenir. C’est la première fois que nous assistons à l’émergence d’un « empire » bâti sur le consensus et le désir commun plutôt que sur le pouvoir et la conquête. Voilà qui ne ressemble guère à la « vieille Europe ».

En fait, c’est l’Amérique qui incarne réellement le « vieux monde ». Il s’agit là d’un constat et pas d’une remarque désobligeante. L’Amérique se considère aujourd’hui comme le gentil chef &endash; ou le gendarme du monde qui sapera n’importe lequel et chacun des efforts de rivaux potentiels ou chefs régionaux, amis ou pas, pour faire de l’ombre à la puissance écrasante des États-Unis.

Certes, cette pax americana peut avoir de nombreux aspects positifs, et aussi négatifs, mais son fondement sur une monopolisation du pouvoir plutôt que sur le consensus rend la qualification de « nouveau monde » un peu hasardeuse. La puissance, pas la loi internationale, est bien la véritable base du « vieux pouvoir » et de l’ « ordre ancien », depuis la nuit des temps.

Mais tout de même, l’Amérique n’est-elle pas le « nouveau monde » si l’on considère son caractère multiethnique ? Pas vraiment. Si l’Amérique est une expérience remarquable et largement réussie de multiculturalisme, elle est aussi unique ou presque en tant que nation d’immigrants. Pas de vieille terre des ancêtres, en Amérique. Alors que l’Europe n’est que vieilles terres des ancêtres &endash; « patries » au sens où l’entendait Charles de Gaulle.

L’expérience consistant à forger une nouvelle unité coopérative à partir de vieilles patries ethniques n’en est que plus difficile. Une fois encore, l’Europe est le modèle pour un monde de patries ethniques, pas la nation d’immigrants de l’Amérique du Nord.

Le monde est en vérité un endroit dangereux. Les Saddam Hussein et Kim Jong-Il ne disparaîtront jamais totalement. Et il faudra bien faire usage de la force pour relever certains de ces défis de temps à autre. Mais l’avenir laisse entrevoir que cette force sera celle d’une communauté internationale en expansion, fondée sur la primauté consentie du droit, qui émergera lentement pour remplir cette mission.

Nul ne peut nier que la puissance des États-Unis peut être utilisée avantageusement pour résoudre certaines crises. Mais lorsque d’autres États, même amis, ont le sentiment d’avoir peu de poids, ou aucune voix, dans la façon dont le shérif non élu dirige la ville, nous fonctionnons sur les vieux principes d’une politique fondée sur le pouvoir.

Il ne s’agit pas là d’un schéma utopique pour un ordre idéal. En effet, le monde a déjà emprunté ce chemin lent et douloureux de communautés librement établies, réunies par un consensus, ce qui est le cas, en premier lieu, des Nations-Unies.

Certes, il arrive à l’ONU d’être ridicule, voire irritante à l’occasion, dans ses indécisions et ses récriminations. Au Congrès américain aussi. Ses mécanismes ne sont pas les plus rapides au monde pour aboutir à des résultats. Mais il faut considérer le chemin parcouru en moins d’un siècle [depuis la fondation de la S.D.N. en 1919-1920 puis de l’O.N.U. en 1946], depuis que cet organisme international a commencé à intervenir réellement dans divers domaines, dont les droits de l’homme, les codes de conduite, les enquêtes et inspections internationales, le maintien de la paix et l’entretien de troupes.

Cette réalité a contraint jusqu’à l’administration Bush à chercher le soutien et l’onction des Nations-Unies là où c’était possible. Ce sont là encore des signes d’évolution vers un nouveau monde, pas vers un monde ancien. La tâche de l’Amérique est de fonctionner avec cette évolution, pas contre elle. Ce qui ne signifie pas ne pas faire la guerre à l’Irak, mais s’efforcer à tout prix de travailler sur les forces de l’avenir, au lieu de faire valoir la loi du plus fort qui a cours depuis plusieurs millénaires.

Certes, la France et l’Allemagne ont leurs intérêts et leurs priorités propres, souvent écartés d’un revers de main méprisant par les décideurs politiques de Washington qui y voient mesquinerie et petitesse. Mais n’avons-nous pas, nous les États-Unis, nos propres intérêts étroits et égoïstes ? Ne désirons-nous pas aussi une part du pétrole ? Ne voulons-nous pas que les États pétroliers vulnérables du monde entier achètent strictement américain quand passent les marchands d’armes ?

N’est-ce pas la politique intérieure américaine qui donne au gouvernement le plus droitier de l’histoire d’Israël carte blanche pour agir à sa guise dans les territoires occupés ? Washington ne prospère-t-il pas sur l’incapacité d’autres États à aligner de gigantesques budgets d’armement ? Il n’y a là rien de mal en soi, mais ne sont en jeu que des intérêts strictement américains, comme tous les autres États ont leurs intérêts propres.

Où va le monde ? Vers une perpétuation de la loi du plus fort, ou vers une évolution en direction de communautés volontaires qui bâtissent progressivement une extraordinaire structure de leur invention ?

La puissance militaire de l’Union européenne sera longue à émerger, mais les Français et les Allemands viennent, sous nos yeux, de franchir un cap décisif après lequel la vieille alliance automatique avec les États-Unis ne tient plus.

Insultes mises à part, il n’y a pas de retour en arrière. La France et l’Allemagne régressent-elles vers la « vieille Europe » ? Je ne le crois pas.

* Graham E. Fuller est un ancien officier de haut rang de la CIA et ancien vice-président du National Intelligence Council de la CIA.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Françoise Cartano.

© 2003, Global Viewpoint. Distribué par Tribune Media Services International, section de Tribune Media Services.

in LE MONDE EN LIGNE | 13.02.03 | 13h19

« Reconstruire, disent-ils »

La chronique d’Eric Fottorino in Le Monde
« Pas de soldats , pas de contrats. Plus fort encore : puisque bon sang ne saurait trahir, pas de soldat tué, pas de contrat signé. Le théorème de la reconstruction de l’Irak servi au monde entier par le Pentagone et la Maison Blanche est un modèle du genre. Avec distribution de bons points et de punitions par le maître du monde, très à cheval sur les principes.

Inutile de se casser la tête : mieux vaut se payer sur la bête. Détruire, reconstruire, c’est toujours s’enrichir sur le dos du malheur. Et les vilains qui n’ont pas voulu se joindre à la Coalition du Bien n’ont qu’à passer leur chemin. Parole de lonesome cow-boy texan.

L’appel d’offres lancé par Washington pourrait ainsi être libellé : en vue reconstruction pays bombardé, cherche entreprises issues de pays bombardeurs. Français, Allemands, Russes et Canadiens s’abstenir. Tonga et Pologne bienvenus.

Avec un codicille : si pays sur le tard rejoint la coalition pour tâches de maintien de la paix, possibilité d’examiner sa candidature pour chantiers annexes de rénovation en Irak.

Sinon, la vox americana est sans appel : il est interdit d’aider l’Irak quand on a refusé d’y porter la guerre. Adieu routes, pipelines, adductions d’eau et centrales électriques pour toute société étrangère à un pays qui a pris soin de détruire routes, pipelines, adductions d’eau et centrales électriques.

D’abord le Commandement : l’Irak tu détruiras. Ensuite la commande : l’Irak tu reconstruiras. Pyromane un jour, pompier non bénévole le lendemain, il fallait y penser.

Si ce n’est pas de la conscience professionnelle ! Si ce n’est pas de l’économie bien comprise ! Voilà une puissante resucée des principes keynésiens. Roosevelt relançait la machine avec les grands travaux de la Tennessee Valley Authority dont on parle encore dans les manuels d’histoire. Bush, lui, relance la croissance au canon et à la truelle, mais c’est pour la bonne cause.

Faire, défaire, refaire, c’est toujours travailler. On empoche des crédits pour attaquer. On empoche encore des milliards de dollars, prélevés auprès du contribuable américain, pour reconstruire. L’affaire est dans le sac, un beau tour de passe-passe.

Après l’ère du complexe militaro-industriel sonne en Irak celui du complexe militaro-immobilier. Le principe de responsabilité est poussé à l’extrême : ne peut réparer que celui et ceux qui ont cassé, au nom de l’intérêt supérieur de l’humanité, et accessoirement des Irakiens.

A vrai dire, cette règle de la carotte accrochée au bâton sème trouble et perplexité. Imaginerait-on le président des Etats-Unis proposant à la Ben Laden Company, jadis florissante, et spécialisée dans les travaux publics, de reconstruire les tours du World Trade Center ?

L’opération aurait certes pour conséquence heureuse de faire sortir le patron d’Al-Qaida de sa grotte mystérieuse, car l’appel de l’argent peut, en certaines circonstances, se révéler aussi fort que les missions réputées divines.

Mais restons sérieux. Pendant que le « gâteau » se partage en parts inégales, la population irakienne survit entre pénuries de carburant et pannes de courant. Et, chaque jour, des pompes à essence ferment dans le deuxième eldorado pétrolier du monde. »

in LE MONDE EN LIGNE | 11.12.03 | 13h38
paru dans Le Monde du 12.12.03