Libéralisme ou démocratie ? Le compromis de la démocratie libérale

Souvent confondus lorsqu’il s’agit d’évoquer les évolutions issues des Lumières ou les libertés aujourd’hui, libéralisme et démocratie procèdent de deux tendances distinctes tenues de composer ensemble entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, le libéralisme est d’abord classé à gauche lorsqu’il questionne les absolutismes entre la fin du XVIIIe et la première moitié du XIXe. Thiers en est un exemple, qui est un homme de gauche au temps des ultras et un réactionnaire au temps où il rêve d’une République conservatrice, contre les démocrates et les socialistes.

Lire ...

1840 – La Question d’Orient et l’humiliation de Thiers par Palmerston

En 1840, sous la Monarchie de Juillet, le 2e cabinet Thiers entend soutenir Mehmet Ali, pacha albanais d’Égypte, contre son suzerain ottoman. Le contexte mondial est alors celui du Great Game, nom donné à l’affrontement larvé entre l’empire continental russe qui cherche des accès aux mers chaudes, et la puissance maritime britannique, au Proche-orient (expression qui inclut alors Mer noire et Balkans) comme en Asie centrale (notamment en Afghanistan, aux confins des Indes britanniques et sur la route russe de l’océan Indien, devenu plus tard terrain d’affrontement entre empire continental soviétique et empire maritime américain ). Le contexte européen est aussi celui du déclin ottoman et de l’affaiblissement d’une France sous surveillance depuis 1815. Alors que la France recherche l’alliance britannique, les projets de Thiers sont désapprouvés par Palmerston, qui veut soutenir l’Empire ottoman, rempart dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles contre la descente russe vers la Méditerranée. L’épisode humilie Thiers qui doit démissionner après que Louis-Philippe ait choisi entre son premier ministre et l’alliance britannique.

Lire ...
Loading